Vous trouverez sur cette page des aphorismes, des quatrains, de la prose poétique, et enfin des poèmes. Certains en vers libres et d'autres en versification classique. Vous trouverez également des vidéos de poèmes mis en musique. Ces poèmes se succèdent dans un ordre qui se veut avant tout chronologique. Le moment de leur apparition n'est certainement pas le fruit du hasard. Au contraire, ils portent en eux, tels des épiphytes, un sens supplémentaire. En quelque sorte, il s'agit d'un procédé de composition éphéméridique qui ajoute au poème une signification particulière. Au-delà de la simple lettre, le poème donne la position que l'auteur occupe à un moment précis dans l'espace de sa vie, un peu à la façon des haïkus japonais. Aussi peuvent-ils se lire de manière autonome bien entendu mais prennent-ils également une dimension supplémentaire dans leur parcours temporel.

10/09/2015 - 23:36

Ô Babels lumineuses

Vous me voyez ramper tel un cafard

Et quérir l’aumône au hasard

Pour souffrir votre nébuleuse

 

Il est des îles océaniques

Poésie
>
21/08/2015 - 02:27

Nous traversons notre temporalité plus ou moins maladroitement nous parant de masques de certitudes – ces assassins en cavale. Ils nous emmurent.

Poésie
>
21/08/2015 - 01:50

Je ne tolère qu’une seule forme de violence, celle que nous retournons contre nous.

Poésie
>
21/08/2015 - 01:37

Pour compenser les discriminations sordides qui jalonnent la vie des femmes depuis la nuit des temps, le sort hasardeux les dota d’une contrepartie immense : rendre les hommes soit monstrueux – bie

Poésie
>
16/08/2015 - 17:05

La poésie relève des sciences humaines, aussi surprenant soit-il pour les esprits tributaires des démonstrations cartésiennes.

Poésie
>
15/08/2015 - 20:16

Je voudrais m’enivrer du parfum des saveurs

Délicates « d’Alcools » aux lueurs élégiaques

Qu’Apollinaire nomma l’excuse des serveurs

Poésie
>
07/08/2015 - 12:09

Souffles tant attendus et torrides

Ouvrez vos horizons profonds

Sur nos soupirs exaltés

Qu’engloutit une chape obscure

Métaphore de nos crépuscules

 

Poésie
>
01/07/2015 - 23:03

Reviennent les hasards pressentis des voyages intérieurs

Où nos sens viscéraux jettent l’ancre sur des baies tourmentées

Que fuient à jamais les accalmies oubliées

Poésie
>
08/06/2015 - 23:44

Parcouru des hasards oubliés

Je regarde fleurir l’église de nos souvenirs

Ma mère aimait jadis s’y blottir

Bercée par les murmures délicats

Poésie
>
07/06/2015 - 23:19

Ils me manquent

Me manquent-ils ?

Non, ils ne me manquent pas

 

C’est la vie toute entière qui me manque

C’est la survivance des êtres chers

Poésie
>
05/06/2015 - 14:51

D’aussi loin que je me souvienne

Vous survoliez des cimes

Des cimes éclatantes

Idéales

Aux lueurs opalines

Aux matins purifiés

 

Poésie
>
19/04/2015 - 23:22

Il me vient des reflets purs de ma rose noire

Lorsqu’alors dans mes yeux hyalins descend le soir

Poésie
>
21/02/2015 - 14:54

Finalement, est-ce vraiment un si grand mal

D’être pour un moment l’un à l’autre sevrés ?

Vous qui m’apparaissez à jamais cette étoile

Poésie
>
21/02/2015 - 14:45

Perdu dans cet enfer abrutissant des villes

Existe encore un couple exquis qui forme une île

Poésie
>
21/02/2015 - 13:08

O chacal taciturne au cœur impénétrable

Cupide boutiquier qui va puiser son or

Au fin fond des charniers lugubres de la mort

Poésie
>
21/02/2015 - 12:57

Tombent les feuilles sur les sentiers chagrins

Allons donc maintenant par-delà les embruns

Poésie
>
21/02/2015 - 12:50

Sur l’immense mer le cœur las

J’embarquerai contrit sans joie

Sur le crépusculaire trois mâts

Poésie
>
21/02/2015 - 12:46

Il faut savoir mourir

Voilà la grandeur incommensurable d’un homme

Qui laisse le silence pallier aux incongruités de son existence

Poésie
>
21/02/2015 - 12:35

Je vis parmi les ombres et des inconnus habitent chez moi.

Des océans inondés dévalent les murs comme des cataractes sonores qui envahissent mon antre, de la cave au grenier.

Poésie
>
21/02/2015 - 12:16

Les gens disent de moi

Que je suis maladroit

Et ils ont bien raison

Car je n’ai pu retenir le bonheur

Poésie
>
21/02/2015 - 12:11

Il me vient des bruits de la rue.

Des tohu-bohus poissards, des charivaris qui roulent et titubent comme des fanfares désaccordées qui entameraient des roucoulades pochardes.

Poésie
>
21/02/2015 - 11:56

Les artistes se nourrissent d'un univers qui n'appartient qu'à eux.

Ils inventent des mondes parallèles, tels des enfants, où leurs âmes vagabondent.

Poésie
>
21/02/2015 - 11:38

Au pays de mes songes

S’égaient mil océans

Des frontières et des routes qu’il nous faut traverser

Poésie
>
21/02/2015 - 11:30

Jour d’anniversaires

Jour de misères

Pendre le nœud de vipères

Ne plus nourrir cette dérision

Poésie
>
21/02/2015 - 11:24

Par quel mystère avons-nous perdu le sens de notre finitude ?

Accéder à l’amour et se débarrasser de soi

Poésie
>
21/02/2015 - 11:18

Mon cœur quelle chamade ! Tu sembles si mal

Oublie ! Je suis en route vers Montréal

Avec ma Blonde, mon sac, tout mon idéal

Poésie
>
XIX
20/02/2015 - 16:07

Le bruit est-il l’inexorable de l’existence ?

Sa finitude, sa raison d’être, sa violence ?

La valise fétide fracasse le pavé qui hisse son sourire malingre en souffrance

Poésie
>
20/02/2015 - 15:54

 

Etranges sont ces êtres qui fuient le silence…

Mon banc s’élance aux rémanences des sourires

 

Poésie
>
20/02/2015 - 15:49

Ressac vers mon âtre

Enjamber le Fleuve-Cohue

Croiser des pâtés multicolores

Beuglements barbares qui déflorent

Poésie
>
20/02/2015 - 14:15

Il faut tellement d’amour pour aimer un homme

Que dieu apparut comme une solution idéale

Faisant de notre paradoxalité un dogme

Poésie
>
20/02/2015 - 14:09

Tout vers doit être une apocalypse

Et l’ensemble de ses arythmies provoquer un  effondrement

Poésie
>
XVI
20/02/2015 - 14:04

Raison d'être de nos limites
Horizon de nos vertiges
Aigle de nos cimes
Rempart de nos barbaries
Obélisque de nos peurs
L’amour est l’exégèse de notre mort

Poésie
>
20/02/2015 - 13:59

Soleil aux aigrettes diaphanes

Epouse ta nymphe ensongée

Phébus lumineux

Aux doigts stellaires

Un chat aux émeraudes héliotropes

S’est figé en sa beauté

Poésie
>
20/02/2015 - 13:48

De quel dessert s’élève ce souffle fébrile ?

Mon regard bleu dévaste l’immense plaine

Rafales

Terres brulées

Réminiscences d’une Etoile

Poésie
>
20/02/2015 - 13:39

Dans quelle caverne t’es-tu énamourée

Ô toi ma Lumière, ma tendre Hyménée ?

Las, croît le chêne altier monarque des nuées

Poésie
>
XV
20/02/2015 - 12:13

La virginité d’une femme est l’hydre éternelle

Revigorée à chaque minute de la vie d’un homme

Poésie
>
XIV
20/02/2015 - 12:10

Aucune étreinte n’égale un désir authentique

Seul l’émoi de ne pouvoir s’évaporer en l’autre en aborde les prémisses elliptiques

 

Poésie
>
20/02/2015 - 12:04

Avant que tu ne portes en toi ce précieux fils

Puissent sur le monde tes grands yeux se fermer

Entendre Sibylles Augures Haruspices

Poésie
>
20/02/2015 - 11:59

Le désir est une œuvre créatrice

Il faut avoir vécu de longues périodes d’ascèses

Clandestin avoir désiré une fleur

En avoir imaginé les courbes

Poésie
>
XII
20/02/2015 - 11:55

Le sens de notre vie provient de l’intime conviction de ne pas exister

Notre  grande œuvre est un long et lent délitement évanescent

Poésie
>
XI
20/02/2015 - 11:51

La beauté est une intuition qui jaillit de la passion

Une vie est un diamant dont seule l’intimité révèle l’éclat

Toute conviction nous ramène à notre sauvagerie

Poésie
>
X
20/02/2015 - 11:44

L’intuition ? Avoir la conscience d’aimer son assassin

L’amour ? Avoir l’impudence d’aimer son assassin

La passion ? Avoir l’obsession d’aimer son assassin

Poésie
>
20/02/2015 - 11:02

La journée avait été harassante. Les minutes s’agrippaient aux heures dissonantes. Dehors un soleil inattendu narguait mon courage et soulignait ton visage qui hante parfois mes absences.

Poésie
>
20/02/2015 - 00:04

Novembre sur les berges il fait froid il fait seul

Agonise le jour vienne doucement l’heure

Ou ton doux souvenir disparaît et se meurt

Poésie
>
19/02/2015 - 23:51

Crois-tu donc pouvoir échapper aux malédictions ?

C’est un système une spirale un tourbillon

Poésie
>
19/02/2015 - 23:42

Vie de poète n’est pas toujours ce que l’on croit

Passent les jours sans parler à qui que ce soit

Poésie
>
19/02/2015 - 23:36

Je voudrais être aimé d’une louve aux abois

D’une rose qui pique d’une hors-la-loi

Mystique Gorgone de toute apparence

Poésie
>
19/02/2015 - 23:31

Il n’était rien quand elle est entrée chez lui

De seul en solitude il errait dans la nuit

L’idéal se lasse vite des météorites

Poésie
>
19/02/2015 - 23:25

Nul endroit nulle place

Qui ne soit assez vaste

Pour retrouver les traces

De ton soupir fugace

Poésie
>
19/02/2015 - 23:20

Imaginer n’est-ce donc pas se ressouvenir ?

Epouser son passé pour créer l’avenir ?

En tristesse il faut pouvoir ne pas s’égarer

Poésie
>
19/02/2015 - 23:14

Bien des misères où tu t’enlises

Bientôt ne seront plus de mise

Il faut parfois lever les yeux

Poésie
>
19/02/2015 - 23:09

Nymphette si cupide oublie ta galette !

Viens donc t’enliser dans mes nuits alcoolisées

Ta tendre facette blêmit bien tristounette

Poésie
>
19/02/2015 - 21:03

Auréolé de grâce, il apparaît si sage

Comme aux cathédrales les statues des Saints

Poésie
>
IX
19/02/2015 - 20:57

L’androgynie n’est-ce pas cet aveu subtil d’un homme pénétré par l’essence de celle qu’il aime ?

Un mimétisme qui est une ode silencieuse ?

Une passion pour la grâce ?

Poésie
>
19/02/2015 - 12:12

L’essentiel est invisible à nos yeux et c’est pour cette raison que les Mirnes s’éloignent des apparences et vouent un culte à l’intériorité.

Poésie
>
19/02/2015 - 12:06

Non, nous ne mourrons pas

Nous partons pour des étés lointains

Nous calquons nos pas

Sur des visages éteints

Nous nous laissons ensoleiller

Poésie
>
19/02/2015 - 12:02

O silence de mon cœur

Tu parais gémir dans tes glaces

Inspirant méfiance et horreur

Epave dont nul ne perçoit la trace.

Echarde échouée à mon corps mutilé

Poésie
>
19/02/2015 - 11:58

Sur le filin cosmique nous progressions lentement vers les sommets immaculés

La nuit embellissait ces contrées bleutées de diamants étincellants

Poésie
>
19/02/2015 - 11:46

Chaque attention prend la forme que la pudeur du cœur autorise

Les hommes portent maintenant sur leurs épaules l'historicité des crimes qu'ils n'ont cessés de commettre

Poésie
>
VII
19/02/2015 - 11:42

Ou es-tu, ô toi immense taciturne ? O toi voûte étoilée ?

N'est-il pas vrai que là-haut les trous noirs absorbent les étoiles ?

Je lève les yeux mais tu n'apparais pas

Poésie
>
VI
19/02/2015 - 11:38

Il y a des hommes pour qui le plaisir ne peut être augmenté par la contemplation de la liberté des femmes

Poésie
>
V
19/02/2015 - 11:33

Rêver d’éternité au détriment de la mort

La première injecte dans nos veines un rythme aussi infernal qu’illusoire

Poésie
>
IV
19/02/2015 - 11:28

La grande œuvre des dogmatiques est de produire exactement leur contraire

Poésie
>
III
19/02/2015 - 11:25

Dans la nuit des échanges insipides, un sourire est un compliment qui dilate les pupilles

Nous devrions nous garder de ne pas tourner en dérision ce que nous avons revendiqué

Poésie
>
19/02/2015 - 11:20

Des années qu’il voyageait sur le pouce !

Jamais, il n’emportait autre chose que ce large sourire qu’ornaient deux rangées de canines larges et acérées.

Poésie
>
II
19/02/2015 - 11:02

La femme est une œuvre d’art vivante

L’enfant un poème vivant

Les loups hurlent dans la nuit

Poésie
>
I
19/02/2015 - 10:29

Qu’est-ce qu’un aphorisme si n’est cette précaution publique d’écrire sans être dévoilé ?

Une perversion cautérisée

Poésie
>
09/10/2014 - 09:23
Calypso est un recueil d’aphorismes, de petits poèmes 
en prose et de poèmes construits selon les canons de la 
versification classique française. 
Poésie
>