Il faut tellement d’amour pour aimer un homme

Que dieu apparut comme une solution idéale

Faisant de notre paradoxalité un dogme

Pétrifiant nos élans d’une névrose sacerdotale

 

Commentaires

Ajouter un commentaire