Mon cœur quelle chamade ! Tu sembles si mal

Oublie ! Je suis en route vers Montréal

Avec ma Blonde, mon sac, tout mon idéal

Haletant fiévreux vers la Croix du mont-Royal !

 

Mon cœur où es-tu ? Où vas-tu en ce moment ?

Laisse-moi ! J’ai mis les bouts vers le Saint-Laurent

Voilà que m’apparaît Québec tout doucement

Sur les eaux opalines du Cap Diamant

 

Mon cœur que signifie cette cataracte ?

N’insiste pas ! Je dérive vers Tadoussac

M’appellent les baleines dans les ressacs

Confier la langueur au bonheur de ce shak

 

Mon cœur, parle-moi d’où vient cette émotion ?

Mais tais-toi ! Me voilà au Parc de Forillon

Souviens-toi les phoques les ours notre maison

Gilles les amis les guitares les chansons…

 

Mon cœur tu scintilles ? Tu ne vas pas pleurer ?

La fête est finie ! Je contemple Gaspé

La baie désertée le rocher Percé

Les fous de Bassan la Gaspésie à nos pieds !

 

Mon cœur je me meurs de te sentir tant ému

C’est que…je suis sur la cinquième avenue

Time Square Brooklyn Bridge Central Park du jamais vu !

Et ces hot-dogs à un dollar te souviens-tu ?

 

Mon cœur pourquoi ces palpitations douloureuses ?

Rebrousse chemin ! Car j’aperçois les Rocheuses

Majestés coiffées de neige vaporeuses

Havres de pureté Elégies charmeuses

 

Mon cœur isolé comment vas-tu ce matin ?

Bien ! Je vogue vers La Push avec des indiens

Qui nous montrent l’envers du rêve américain

Ses forêts ses plages ses rochers aquilins

 

O mon cœur abîmé pygargue moribond

Tais-toi donc imbécile ! Je descends l’Oregon

Le doute le froid la faim la déréliction

D’affreux séquoias comme uniques compagnons

 

Mon cœur tu t’épands en tragique lamento

J’admire..trois sœur la baie San Francisco…

Ginsberg Burroughs Kerouac fameux concerto

Ferlenghetti City lights Books desperado

 

Mon cœur vagabond au sang de tes citatrices

Je fume je bois je chante Jim à Venice

Les Anges l’Agitatrice la Créatrice

Havre des sans-logis Nirvana des actrices

 

Mi corazón tu m’apparais bien amaigri

Oui, je sillonne la Basse-Californie

Blue Moon Purple Rain nos vélos bien assortis

Témoins ahuris des migrants anéantis

 

O mon cœur es-tu là car je ne te sens pas ?

Viens me retrouver je suis à Chichen Itza

Je m’essaie à la Pelote avec des Mayas

Le Quetzalcoalt maintenant respire en moi…

 

Mon cœur reste ne va pas mourir dipsomane

Trop tard déjà Chico ! Je gis à la Havane

Pris par le Malecón tel un érotomane

L’océan immense me prive de ma diane

 

O mon cœur accablé ! Comme tu parais las

Je bouquine la vie de Daniel Ortega

Du haut du mirador j’épouse Granada

Qui embrasse tout le lac du Nicaragua

 

Mon cœur où sont donc partis tes allegrettos ?

Partis en sanglots au Parc de Tortugero !

Telles des tortues servies à l’apéro

Nanans muy rico des goélands hidalgos

 

O mon cœur s’est obscurci ton teint si jovial

Oui l’ami ! Je suis aussi gai que le canal

Nous approchons de la destination finale

A Panama le Darien frisson abyssal

 

Mon cœur tu aperçois alors ta guillotine ?

Tu es fin connaisseur…je suis à Medellin

Je m’apprête à replier ma gabardine

A pleurer le drame que la vie me destine

 

Mon cœur somnambule tu es déjà parti ?

Trouve-moi à Ittre en l’église Saint-Rémy

Je range les fleurs les invités sont partis

Cherche seul son aile le mutilé Pihi…

 

Mon cœur tu te laisses envahir par la mort ?

C’est mon unique compagne je le crains fort

Voilà l’ironie de mon étrange sort

Porter la passiflore cruelle Toison d’or !

Commentaires

Ajouter un commentaire