Ô Babels lumineuses

Vous me voyez ramper tel un cafard

Et quérir l’aumône au hasard

Pour souffrir votre nébuleuse

 

Il est des îles océaniques

Véritables enfers artificiels

Où les courbes empestent le fiel

Des soumissions tyranniques

 

Gesticulations des initiés

Qui s’arrogent les bénéfices

Sans craindre le sacrifice

Des laborieux décapités

 

Vos cathédrales d’illusions

Arrosées de cocaïne

Ferments de vos rapines

Dévoilent vos uniques intentions

 

Reculez au-delà des tropiques

Comme des marées pestiférées

Bannies des plages révoltées

Acculées aux noirceurs benthiques !

Commentaires

Ajouter un commentaire