L’androgynie n’est-ce pas cet aveu subtil d’un homme pénétré par l’essence de celle qu’il aime ?

Un mimétisme qui est une ode silencieuse ?

Une passion pour la grâce ?

Commentaires

Ajouter un commentaire