Ils me manquent

Me manquent-ils ?

Non, ils ne me manquent pas

 

C’est la vie toute entière qui me manque

C’est la survivance des êtres chers

C’est l’éternité

C’est grimper aux étoiles des ciels d’été qui me manque

C’est m’évaporer au vent léger

C’est être cette part du silence qui  hante les terres inaccessibles

C’est de répondre aux sourires des milans gracieux qui me manque

C’est d’embrasser du regard les océans infinis

C’est l’amplitude de mon cœur à tout aimer

C’est le néant pur qui sublime tout qui me manque

 

Là-bas batifolent les immenses vagues étincelantes et violentes

Qui ont le pouvoir de purifier mon âme

Et de lui rendre sa fraîcheur virginale

Commentaires

Ajouter un commentaire