Nymphette si cupide oublie ta galette !

Viens donc t’enliser dans mes nuits alcoolisées

Ta tendre facette blêmit bien tristounette

De tapiner aux bras de ce parfait banquier

 

Pensais-tu vraiment au ballet des midinettes

Décrocher diamants rubis éternité ?

Au trottoir des pas perdus des mini jupettes

Farces couardises de tes amis grossiers

 

Enfin sonnez l’heure de geindre aux galipettes

Priez pour que Laurel sous Hardi puisse respirer

Le requiem au froid tombeau de ces coquettes

L’épitaphe musée « L’amour a badiné »

 

Eros china amour fin de l’historiette

Des milliers de vies parties en fumée

Dissipent la candeur d’une étrange saynète

Fission hallucinogène en vérité

Commentaires

Ajouter un commentaire