Il n’était rien quand elle est entrée chez lui

De seul en solitude il errait dans la nuit

L’idéal se lasse vite des météorites

Qui respirent un air raréfié d’acolytes

 

Fallut-il que cette Mélusine sourie ?

Fallut-il donc aussi qu’elle l’invitât au lit ?

Quelques mots doux suffisent à sonner l’éveil

Dans un cœur esseulé où tant d’amour sommeille

 

Mais que ne dit-on pas en des moments pareils

Pour faire miroiter le Palais des Merveilles ?

Quelle étrange idée quand même de fomenter

De douces illusions pour se faire accepter

 

Ne dit-on pas voyager forme la jeunesse ?

C’est d’autant plus vrai quand il s’agit d’une diablesse !

Rien dans ce monde pour égaler une femme

Nulle autre beauté pour engendrer un tel drame !

 

Il n’avait rien demandé à cette étrangère

Et surtout pas de s’inviter en passagère

Enfin bref ! Tout, tout est devenu éphémère

A séduire, à tromper, à jeter à la mer !

 

Mais le Bonheur, douce étoile, il ne faut pas croire

Ne pourra plus s’épanouir dans l’illusoire

Car le chagrin que vous réservez aux autres

Fera volte-face sans doute un jour où l’autre

Commentaires

Ajouter un commentaire